Room Showdown
Rejoignez-nous sur
Meilleurs posteurs
Wally (1446)
1446 Messages - 19%
Lionyx (1358)
1358 Messages - 18%
Staxi (825)
825 Messages - 11%
Panur (681)
681 Messages - 9%
SiTuM (679)
679 Messages - 9%
WcJay (637)
637 Messages - 8%
Kugen (559)
559 Messages - 7%
Breyn (473)
473 Messages - 6%
470 Messages - 6%
Lucix (460)
460 Messages - 6%
Partenaires

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Profil de Massy_10
Membre Passionné
Membre Passionné
Messages : 105
Date d'inscription : 24/06/2016
Âge : 17
Localisation : Algérie

Moonless Chronicles

le Sam 2 Juil - 21:11
Donc voici une fanfiction à laquelle j'ai pensé, elle sera probablement très longue, abordera des sujets plus ou moins sérieux avec une petite pointe d'humour, et il est aussi possible que j'y mette des scènes violentes qui peuvent choquer les plus jeunes, alors si vous vous mettez a lire, je ne serais en aucun cas tenu responsable si jamais cela arrivait. Dernière chose, dans cette histoire la plus part des personnages seront des personnages issues du serveur Bigbang ou bien de la LFCP autre fois présente sur le serveur Frost, donc, vous vous en doutez il y aura des méchants comme des gentils, alors ne vous plaignez pas si je vous ai transformé en psychopathe, c'est pour les besoin de l'histoire, tout ceci est à prendre au troisième degrés évidemment. Au niveau du rythme de parution, ça sera deux chapitres par semaines , un le mardi et un le vendredi.  Wink
     
     Bon maintenant, passons aux remèrciements pour telle ou telle idée, je remercie BlazingDark de m'avoir donné l'idée de mettre des mises a prix sur les têtes de certains personnages comme dans One Pice et je remercie aussi Claerina de m'avoir donné l'idée de mélanger Pokémon a un univers de Heroic Fantasy , et je vous conseille bien sûr de lire sa propre histoire.  Smile
     J'en ai fini avec mon monologue alors place au Prologue!  Very Happy

                                                            Prologue:

     En l’an 603 après Le Grand Cataclysme, dans le petit village de Lunala situé aux limites du vaste royaume de Bang, vit Massy L. Dissilight âgé de quinze ans, un jeune bretteur de sang noble issu d’une prestigieuse famille de forgerons connue à travers tout le royaume pour la qualité de ses armes. La vie du jeune homme était ponctuée d’entraînements rigoureux avec son grand-père Flint Steel Dissilight , ancien escrimeur de renom connu sous le sobriquet de Vif Argent. Le reste de son temps, il le passait avec sa meilleure et probablement seule amie au village de Lunala , une jeune fille du même âge nommée Sophie S. Lumassane, benjamine de l’unique famille de bergers que comptait les environs. Malheureusement, les machinations du vil baron Ploten, feront voler en éclats la vie du jeune noble telle qu'il la conaissait, ce dernier deviendra un hors-la-loi dont la tête sera mise à prix. Massy entreprendra alors une quête des plus ardues dans laquelle il compte bien faire tomber le baron Ploten et débarrasser le royaume apparemment prospère de Bang du mal tapis dans l’ombre qui le ronge peu à peu. Mais y arrivera-t-il malgré les mercenaires et chasseurs de primes engagés à sa poursuite et les féroces monstres qui peuplent le royaume?
___________________________________________________________________________________________
Crédits:
-Pokémon est une marque déposée par Game Freak et Nintendo que je ne détiens évidemment pas.
-L'histoire qui vas suivre a été inventée de toutes pièces par votre serviteur, donc en copiant/collant et en disant que c'est la votre vous vous exposez à diverses sanctions peu enviables, je vous recommande donc d'oubliez cette idée.


Dernière édition par Massy_10 le Dim 3 Juil - 6:09, édité 2 fois


Sous la lumière blafarde de la lune , Je fais des promenades nocturnes , Entièrement vêtu de noir , Tu ne peux point me voir le soir , Dans l'ombre je me déplace , Rencontre moi et tu trépasse , Ma lame plus sombre que la nuit , Te tranchera avant que tu n'ais fui , Et avant même de sentir la douleur , La peur t'envahit et tu meurs , J'ai tellement tué , Que plus personne n'ose m'approcher , Pourtant quand le jour s'es levé , On ne peut que me contempler , Pourquoi me demanderez-vous , Car retenue par mon cou , Une épée de cristal , Émet une lueur bel et bien fatale , Toi comme les gens du jour , Me souhaitez le bonjour ,Toi comme les gens du soir , M'appelez L'Épéiste Noir.
avatar
Profil de Massy_10
Membre Passionné
Membre Passionné
Messages : 105
Date d'inscription : 24/06/2016
Âge : 17
Localisation : Algérie

Re: Moonless Chronicles

le Sam 2 Juil - 21:18
Et pour ceux qui se demandent qu'es que Le Grand Cataclysme , il s'agit d'une période historique du monde de la fanfiction , j'y reviendrait plus tard dans l'histoire ^^


Sous la lumière blafarde de la lune , Je fais des promenades nocturnes , Entièrement vêtu de noir , Tu ne peux point me voir le soir , Dans l'ombre je me déplace , Rencontre moi et tu trépasse , Ma lame plus sombre que la nuit , Te tranchera avant que tu n'ais fui , Et avant même de sentir la douleur , La peur t'envahit et tu meurs , J'ai tellement tué , Que plus personne n'ose m'approcher , Pourtant quand le jour s'es levé , On ne peut que me contempler , Pourquoi me demanderez-vous , Car retenue par mon cou , Une épée de cristal , Émet une lueur bel et bien fatale , Toi comme les gens du jour , Me souhaitez le bonjour ,Toi comme les gens du soir , M'appelez L'Épéiste Noir.
avatar
Profil de Invité
Invité

Re: Moonless Chronicles

le Sam 2 Juil - 22:27
Bien écrit :] à quand la suite ?
avatar
Profil de Claerina
Membre Passionné
Membre Passionné
Messages : 103
Date d'inscription : 09/11/2015
Localisation : Chez mon petit copain Etienne <3

Re: Moonless Chronicles

le Dim 3 Juil - 0:06
Mdrr tout ça ne doit pas parler à beaucoup des bigbang-iens, mais pour ceux qui viennent de la lfcp, comme moi, ça rappelle beaucoup de souvenirs ! J'attends donc avec impatience cette histoire !

Continue !


avatar
Profil de Massy_10
Membre Passionné
Membre Passionné
Messages : 105
Date d'inscription : 24/06/2016
Âge : 17
Localisation : Algérie

Re: Moonless Chronicles

le Dim 3 Juil - 5:46
Oh non , y auras pas mal de Bigbangiens clae , sinon j'aurais pas cité bigbang , ça aurait été un peu triste de mettre à l'écart quelqu'un parce qu'il n'est pas présent depuis aussi longtemps que toi , moi , ou BlazingDark Very Happy
Sinon , le début sera pour demain speks , on commence avec un chapitre de 2763 mots , et le deuxième chapitre sera pour Jeudi , puis je prendrais le rythme de parution initialement décidé plus haut Wink


Dernière édition par Massy_10 le Dim 3 Juil - 23:38, édité 1 fois


Sous la lumière blafarde de la lune , Je fais des promenades nocturnes , Entièrement vêtu de noir , Tu ne peux point me voir le soir , Dans l'ombre je me déplace , Rencontre moi et tu trépasse , Ma lame plus sombre que la nuit , Te tranchera avant que tu n'ais fui , Et avant même de sentir la douleur , La peur t'envahit et tu meurs , J'ai tellement tué , Que plus personne n'ose m'approcher , Pourtant quand le jour s'es levé , On ne peut que me contempler , Pourquoi me demanderez-vous , Car retenue par mon cou , Une épée de cristal , Émet une lueur bel et bien fatale , Toi comme les gens du jour , Me souhaitez le bonjour ,Toi comme les gens du soir , M'appelez L'Épéiste Noir.
avatar
Profil de Massy_10
Membre Passionné
Membre Passionné
Messages : 105
Date d'inscription : 24/06/2016
Âge : 17
Localisation : Algérie

Re: Moonless Chronicles

le Dim 3 Juil - 17:12
Chapitre 1 : Mauvais rêves

     Un jeune garçon se promène seul en pleine nuit dans les sombres rues d’Harmonia, capitale du royaume de Bang, ce jeune garçon âgé de huit ans, c’est Massy L. Dissilight. Il marche droit devant lui, d’un pas tremblant, un Pokémon dont il ne se rappelle plus le nom l’accompagne, un petit Pokémon bipède bleu et noir aux allures de louveteau et aux yeux rouges perçants qui donnaient l’impression de sonder votre âme à chaque regard.

     Un bruit sourd retentit et fait sursauter le jeune enfant perdu et terrifié qui ne comprend pas ce qu’il fait là et qui éclate en sanglots, le Pokémon lui porte un regard doux et emplis de confiance avant de lui porter quelques paroles incompréhensibles pour le jeune humain, mais néanmoins rassurantes. Le petit garçon se relève et décide de prendre son courage a deux mains, il se répète qu’il est grand et qu’il ne peut pas avoir peur d’un simple bruit, il continue son avancée, cette fois-ci d’un pas confiant et assuré mais toujours avec une petite once de crainte vis-à-vis du bruit qui l’a fait sursauter quelques minutes auparavant.

     Soudain, il aperçoit une vive lumière orangée fluctuante qu’il ne connait que trop bien, la lumière émanant d’un feu, très vite, il distingue dans cette sombre nuit à la lune étrangement noire une colonne de fumée, un détaille le frappe alors et une lueur d’espoir brille dans son cœur, un sourire rayonnant illumine alors le visage du petit Massy qui regarde significativement le louveteau bipède, ce dernier hoche la tête pour montrer qu’il a compris et alors enfant comme Pokémon courent en direction de la lumière orangée.

     Une fois arrivé le visage souriant du jeune Massy Dissilight se mue en une mine terrifiée, choquée, trahie, la vérité venait de le frapper comme une attaque Mitra-Poing à pleine puissance, ce qui brûlait dans ce qui lui avait semblé une lueur d’espoir était un monticule de cadavres sans cesse alimenté par des hommes, grands, musclés, aux mines résignés. Ils partageaient plusieurs points communs, le premier d’entre eux est qu’ils étaient aussi pâles qu’un spectre, comme si le ciel venait de leur tomber sur la tête, comme si tout ce en quoi ils croyaient venait de voler en éclats sous leurs yeux. Le deuxième point commun que ces hommes partageaient, était leurs regards, des regards froids et résignés qui s’emplissaient d’un dégoût non dissimulé à la vue des cadavres, du monticule de corps sans vie, de leurs collègues et même d’eux même, comme si tout cela les dégouttaient complètement, comme si ils se maudissaient de le faire, mais ne pouvaient en faire autrement et se haïssaient pour cette raison. Enfin leur dernier point commun et nom des moindres, celui qui horrifiait le plus le fils de nobles, c’est que les hommes qui s’adonnaient à cette immondice en plein milieu de cette magnifique capitale, portaient tous la même armure, une armure blanche parsemée de rayures argentées et portant au niveau du cœur un emblème, un emblème connu même du plus jeune enfant du royaume de Bang.

     Il s'agissait d'un bouclier Rose d’un coté et noir de l’autre arborant un soleil et une lune dorés , ce symbole ô combien magnifique signifiait la paix, l’amour, la prospérité et la tolérance qui étaient censés caractériser le royaume, il s’agissait de l’emblème de la garde royale qu’adulait à la limite du fanatisme Massy, comme tout enfant de son âge.

     Le fils Dissilight recula lentement, incrédule, sa vision du monde venait de changer radicalement.Arriva alors un homme frêle de taille moyenne en combinaison plus noire que la nuit, il portait une paire de gants noirs armés de longues griffes d’acier, son visage était recouvert de bandelettes faites d’une matière sombre qui laissaient néanmoins entrevoir une peau aussi pâle que celles des cadavres l’entourant, ses yeux de couleur gris clair étaient ternes indiquant un ennuie non dissimulé.

     L'homme tout en noir s’approcha alors d’un soldat fixant le cadavre d’une gamine d’environ 3 ans, le soldat semblait excédé par tout ça, il éclata alors en sanglots sous les regards incessants des autres soldats qui compatissaient, le nouvel arrivant le fixa longuement avant de lui murmurer quelques mots qui eurent visiblement pour effet d’apaiser le membre de la garde royale, alors que ce dernier s’apprêtait à se lever pour reprendre son travail, l’homme qui l’avait apparemment rassuré quelques secondes plus tôt lui enfonça ces griffes d’aciers au niveau du cœur, transperçant alors la solide amure de fer du soldat royal comme s’il ne s’agissait que d’une vulgaire coquille d’œuf, il retira doucement les lames d’aciers du corps sans vie, sous les yeux abasourdis des autres gardes royaux. L’assassin de leur camarade leur adressa quelques paroles inaudibles pour le jeune Massy qui regardait, dévasté, les soldats se remettre au travail avec plus d’assiduité.

     Le Pokémon bleu et noir ayant assisté à cette scène comme le fils de forgeron sentait le trouble qui animait l’enfant, il se jeta sur lui et l’enlaça affectueusement ce qui eu pour effet de soulager le petit garçon qui se sentait en sécurité avec ce Pokémon. L’enfant de sang noble se leva, décidé à révéler ce qu’il avait appris au peuple d’Harmonia et au reste du royaume de Bang par là même, il commença une course effrénée avec le Pokémon, mais trébucha dès les premier pas, effrayé a l’idée que l’homme aux griffes d’aciers le repère il se retourna pour vérifier.

     L’homme tant craint ne manqua pas d’entendre sa chute et n’eut en tout et pour tout qu’à tourner légèrement la tête pour apercevoir Massy. Il marcha d’un pas lent vers le jeune garçon qui se releva d’un bond et se mis à courir aussi vite que ses petites jambes le lui permettaient à travers un véritable labyrinthe formé par les ruelles sombres de la capitale, suivis de près par Pokémon aux yeux perçants.

     Le jeune noble, tenaillé par la peur tourna à un coin de rue toujours accompagné par le Pokémon, il entendait clairement les pas du tueur qui le suivait, des pas lourds qui sonnaient aux oreilles du jeune enfant comme une peine de mort. Alors qu’il tourna à un autre coin de rue une gigantesque vague violette visiblement acide surgit, elle emporta le louveteau bleu et noir comme le vent emporterait une simple feuille, le jeune Massy alerté par les cris du petit Pokémon se retourna pour assister à ce triste spectacle, il entendait toujours les cris stridents du louveteau aux yeux perçants, des cris désespérés qui bien vite s’éteignirent à tout jamais.

     L’enfant repris sa course, non sans une pensée pour le Pokémon qui venait de mourir sous ses yeux. Après avoir tourné une énième fois au coin d’une ruelle, le fils de forgeron se retrouva face à une impasse, tandis que son poursuivant qui venait de le rattraper marchait lentement vers lui en ricanant. L’homme à la peau aussi pâle qu’un cadavre retira ses bandelettes noires pour révéler un sourire carnassier à même de calmer les ardeurs du plus courageux des guerriers, un Pokémon aux allures gazeuses sortis alors du sol a quelques centimètres du jeune garçon terrifié, ce dernier possédait deux mains flottantes et un sourire semblable à l’assassin.

     L’enfant devant lui trop terrifié, ne put esquiver la langue du Pokémon immatériel qui lui lécha le visage, le paralysant ainsi totalement. L’amas gazeux retourna auprès de celui qui semblait être son maître tandis que les pensées du petit Massy se bousculaient dans sa tête.

     Le maître du spectre gazeux avançait vers le garçonnet griffes devant. Arrivé à peu près à hauteur de sa proie, il lui adressa quelques paroles inaudibles et l’embrocha sans autre formes de procès au niveau du ventre. L’assassin aux griffes d’acier fit demi-tour tandis que son Pokémon regardait l’enfant paralysé et agonisant d’un œil intéressé.

     Le Pokémon gazeux se tourna vers son maître qui hocha la tête en signe positif avant de disparaître dans une des rues sombres d’Harmonia. Massy quant à lui sur le dos, ne pouvait faire qu’une chose, contempler l’étrange lune noire de cette nuit tout aussi sombre en agonisant et en priant Arceus de mettre fin a ses souffrances d’une façon ou d’une autre. Le Pokémon gazeux s’avança jusque au visage de sa proie, arborant un sourire encore plus malsain que son maître.

     Soudain, son sourire se mua en un visage terrifié, il s’enfuit à travers le mur le plus proche à une vitesse phénoménale tandis que la vision du petit garçon, gisant dans une flaque de son propre sang, s’assombrissait de secondes en secondes, il distingua alors clairement une ombre noire aux épaules et à la tête bougeant sans cesse à la manière d’une flamme, ce fut sa dernière vision avant de sombrer dans le noir le plus total qu’il n’avait aucune peine à considérer comme la mort. Il se mit alors à entendre une voix familière qui semblait l’appeler activement:

-MASSY POUR L’AMOUR DU CIEL RÉVEILLE TOI !!!!!!!!!!

     Massy L. Dissilight, quinze ans se réveilla en sueur dans le lit de sa chambre, déconcerté par son rêve et par ce réveille brutal, il se demanda qui pouvait bien l’avoir réveillé ainsi, puis la réponse lui vint comme le nez au milieu de la figure. Dans son maigre entourage seul deux personnes pouvaient avoir le culot de faire cela, son grand-père et ancien maître, Flint Steel Dissilight, et bien sûr, son unique amie à Lunala …

-C’EST SOPHIE LUMASSANE ! Cria cette dernière. ON A PLEIN DE TRUCS A FAIRE AUJOURD'HUI ! TU NE VAS QUAND MÊME PAS DORMIR TOUTE LA SAINTE JOURNRÉE !

     Massy, encore à moitié embrumé se leva et mis le premier habit qui lui passa sous la main pour éviter d’ouvrir sa fenêtre torse nu, chose tout à fait inconvenante devant une dame, tandis qu’il s’habillait un minimum, son amie continuait de crier à tue tête comme un Brouhabam en pleine attaque Brouhaha:

-ALLER RÉVEILLE TOI ESPÈCE DE RONFLEX !!!!

     Massy, un minimum habillé, ouvris sa fenêtre pour parler à son amie qui lui fit des yeux ronds avant d’éclater de rire.

-Bah quoi ? Demanda le fils de noble. Qu’y a-t-il de si drôle Sophie ?

     Cette dernière trouva un moment entre deux fous rires pour répondre au fils Dissilight :

-SI TU VOYAIS TA TÊTE ! ON DIRAIT …

-ÇA VA ! Répondit le garçon. J’ai l’air de rien au réveille, c’est ce que m’as dit mon grand-père jours après jours pendant presque dix ans, à force j’ai bien fini par le comprendre… Mais arrête de crier ! Je t’entends très bien sans ça !

-J’essaye de te réveiller depuis des heures ! Se justifia Sophie. Tu m’excuseras d’avoir finie par perdre mon sang froid.

-Je… Vraiment ? Demanda le garçon en se doutant de la réponse. Dé…Désolé, j’ai le sommeil lourd, mais dit moi, tu sais ou sont mon père et ma mère? C’est généralement cette dernière qui me réveille.

-Ton père a dû se lever très tôt pour forger des haches de bonne qualité aux bûcherons du village, les leurs sont trop usées pour couper correctement un arbre et on a presque plus de bois ici. Expliqua la benjamine Lumassane. Quant à ta mère, je l’ai vue se rendre dans le sous bois avec la mienne et quelques autres femmes pour cueillir des fruits mûrs, ça aussi on en manque.

-Autant dire qu’on manque de tout ces temps-ci… Et l’hiver qui arrive bientôt… Ajouta Massy. Ça veut dire moins de nourriture, des monstres plus affamés et le retour des monstres adeptes du froid... Cet hiver s’annonce rude… Bref j’arrive pour notre ronde habituelle, laisse moi juste le temps de m’habiller correctement, de prendre une pomme pour la route et de m’équiper pour le combat.

-Très bien, je t’attends à la sortie du village ! Répondit Sophie. Comme d’habitude quoi …

     Massy pris son temps pour s’habiller, il ferma la fenêtre qu’il avait précédemment ouvert, descendit vers la cuisine de la modeste maison que sa famille avait fait bâtir dans ce paisible village qu’es Lunala et y pris deux pommes, une qu’il mangea sur place et une autre qu’il mis dans le sac de voyageur que lui avait confectionné sa mère quelques mois auparavant.
     
     Le jeune Dissilight se rendit dans la chambre de son grand-père qui devait comme à son habitude être dans les montagnes aux abords de Lunala pour y entraîner les hommes qui le voulaient à se servir d’une arme, cela dans le but de protéger le village et tous ses habitants. Massy entra dans la chambre pour y récupérer son arme et son Pokémon probablement toujours endormis. Ce dernier, s’il y avait bien une chose qu’il partageait avec son maître, c’était son sommeil de plomb, littéralement.

     La pièce ou dormait le grand-père Dissilight était décorée de toute les armes possibles et imaginables, du plus petit couteau de combat à la plus grosse hache de guerre. Le fils Dissilight s’avança vers la table à gauche du lit de Flint S. Dissilight et pris le fourreau de son glaive nommé « Terra » qu’il mis a sa ceinture. Il sortit son arme pour s’assurer qu’elle était bien aiguisée, ce qui était le cas, il la rangea donc avant de prendre un fourreau vide lui aussi présent sur la table qu’il attacha de l’autre coté de sa ceinture. Enfin, il se dirigea ensuite vers une des nombreuses épées accrochées au mur sur sa droite, il la caressa doucement en murmurant :

-Aller Monorpale, réveille toi s’il te plait, c’est l’heure de faire notre ronde habituelle.

     L’épée ouvrit alors doucement un œil, présent sur son manche, il s’agissait en fait d’un Pokémon Spectre et Acier rarissime que son grand-père avait réussi à lui trouver après des mois de recherches incessantes. L’arme vivante se décrocha toute seule du mur avant de se jeter sur son maître et partenaire pour l’enlacer avec la bande de tissu bleu accrochée à son manche qui lui servait de bras.

-Oui je sais que tu m’aimes bien Monorpale. Lui dit le jeune bretteur. Moi aussi je t’apprécies bien mon ami.

     Le Pokémon flottait sur un nuage à l’entente de ces paroles, non pas qu’il est besoin d’un nuage pour flotter, mais les preuves d’affection de son partenaire et maître le rendait fou de joie, il rentra alors dans le fourreau vide précédemment cité, celui-ci trop court pour l’épée animée lui permettait donc de voire aux alentours grâce à son œil, qu’il fermait généralement à la vue d’étrangers, aussi bien pour éviter de leurs faire peur que pour éviter d’attiser les convoitises et par la même occasion garder l’avantage de la surprise sur les personnes aux mauvaises intentions.

     Massy Dissilight sortit de sa maison, ferma la porte soigneusement et bailla à s’en décrocher la mâchoire tel un Ramoloss, il se posa quelques minutes devant la maison familiale, pensif :

-Ce rêve que j’ai fait cette nuit. Songea-t-il. Je le fait de plus en plus souvent, grand-père m’as toujours répété que les rêves étaient un reflet de nos pensées cachées et qu’ils avaient toujours un sens profond ou une utilité quelconque… Les pensées cachées… Des pensées qu’on se cacherait même à nous mêmes…

     Il regarda son Monorpale qui en fit de même puis fixa un gamin du village qui courrait en souriant après un petit chien de bergers joueur.

-Eh bien, mes pensées cachées son sacrément glauques si tant ai que cela existe et que l’histoire de grand-père soit vraie… Quant au sens de ce rêve… Qu’es qu’il y avait dedans déjà ? Se demanda Massy. Une espèce de Pokémon louveteau bleu et noir aux yeux perçants… Une étrange lune noire… Des soldats royaux qui empilent des cadavres… Une véritable momie vivante qui m’a embroché et laissé pour mort… Et cette ombre bizarre… Qu’es que c’était que ça d’ailleurs ….

     Il marqua une pause de quelques secondes dans laquelle il donnait l'impression de s'adonner à une réflexion intense.
     
-RAAAAAAAH J’Y VOIS AUCUN SENS LA DEDANS !!! S’écria-t-il encore plus fort que Sophie lors de ses tentatives plus ou moins fructueuse pour le réveiller.
     
     Les quelques habitants présents aux alentours le fixèrent avec des yeux ronds tandis que les enfants du village se moquaient de lui.

-P-P-Pardon… Dit-il en se faisant tout petit. Bon il est temps que je me mette sérieusement en route cette fois-ci, ça ne sert à rien de réfléchir au sens d’un songe après tout.

     Massy L. Dissilight se mit alors en route pour la sortie, à l’extrême nord du village, dans le but d’y retrouver Sophie et faire leur ronde habituelle aux alentours du village.

-Ou plutôt un mauvais rêve…. Rectifia-t-il sa dernière pensée.


Dernière édition par Massy_10 le Dim 3 Juil - 23:14, édité 4 fois


Sous la lumière blafarde de la lune , Je fais des promenades nocturnes , Entièrement vêtu de noir , Tu ne peux point me voir le soir , Dans l'ombre je me déplace , Rencontre moi et tu trépasse , Ma lame plus sombre que la nuit , Te tranchera avant que tu n'ais fui , Et avant même de sentir la douleur , La peur t'envahit et tu meurs , J'ai tellement tué , Que plus personne n'ose m'approcher , Pourtant quand le jour s'es levé , On ne peut que me contempler , Pourquoi me demanderez-vous , Car retenue par mon cou , Une épée de cristal , Émet une lueur bel et bien fatale , Toi comme les gens du jour , Me souhaitez le bonjour ,Toi comme les gens du soir , M'appelez L'Épéiste Noir.
avatar
Profil de Massy_10
Membre Passionné
Membre Passionné
Messages : 105
Date d'inscription : 24/06/2016
Âge : 17
Localisation : Algérie

Re: Moonless Chronicles

le Dim 3 Juil - 17:15
J'espère que ce premier chapitre vous plaira, n'hésitez pas à commenter, me dire ce que vous en pensez, n'hésitez pas non plus à me signaler une faute, je l'ai corrigé au moins trois fois mais, c'est difficile pour un auteur de voir ses propres fautes ^^
Le prochain chapitre sera pour Jeudi, après ça je prendrait le rythme de parution initialement décidé à la fin du paragraphe avant le prologue, donc un chapitre le mardi et un autre le mercredi ^^


Sous la lumière blafarde de la lune , Je fais des promenades nocturnes , Entièrement vêtu de noir , Tu ne peux point me voir le soir , Dans l'ombre je me déplace , Rencontre moi et tu trépasse , Ma lame plus sombre que la nuit , Te tranchera avant que tu n'ais fui , Et avant même de sentir la douleur , La peur t'envahit et tu meurs , J'ai tellement tué , Que plus personne n'ose m'approcher , Pourtant quand le jour s'es levé , On ne peut que me contempler , Pourquoi me demanderez-vous , Car retenue par mon cou , Une épée de cristal , Émet une lueur bel et bien fatale , Toi comme les gens du jour , Me souhaitez le bonjour ,Toi comme les gens du soir , M'appelez L'Épéiste Noir.
avatar
Profil de Invité
Invité

Re: Moonless Chronicles

le Dim 3 Juil - 20:22
c'est le plus gros pavé du forum haha!
Go faire la suite :]
avatar
Profil de Lionyx
Administrateur
Administrateur
Messages : 1358
Date d'inscription : 09/11/2015
Âge : 19
Localisation : Toulouse

Re: Moonless Chronicles

le Dim 3 Juil - 20:32
putain tu fais revivre des vieux souvenirs, en plus avec la capitale Harmonia ça me fait penser au vieil alt de Ploten, H4rmonie, j'sais pas si c'était volontaire ou pas mais pour le coup c'est bien placé ! Sinon la trame évolue bien, par contre un petit conseil, essaie de structurer tout ça de sorte que ça fasse des paragraphes, sinon ça fait fleuve et ça devient vite pénible à lire sans aucun trou pour souffler. bon début global ^^

et toi speks, lis au moins avant de commenter, là t'as rien lu, t'étonne pas par la suite de te faire accuser de vouloir spam le fofo uniquement pour augmenter ton nombre de messages :/
avatar
Profil de Massy_10
Membre Passionné
Membre Passionné
Messages : 105
Date d'inscription : 24/06/2016
Âge : 17
Localisation : Algérie

Re: Moonless Chronicles

le Dim 3 Juil - 20:33
Niveau mots , Claerina en a 2700 environ et moi aussi sur nos premiers chapitres respectifs, bien que ce ne sois pas voulu, avec mes nombreux édit, on est arrivés au même nombre de mots a peu près, on va dire que c'est le destin ^^

Edit= En même temps c'est logique que tu trouves mes textes plus longs, contrairement à Claerina qui utilise la première personne pour conter, j'utilise la troisième personne, c'est sûr que quelque chose passe plus vite quand tu as l'impression de le vivre, mais personnellement, je ne suis pas très fan de ce style d'écriture, pas que je lui trouve de réels défauts, il n'est pas si différent d'un autre après tout, c'est juste une question de feeling, après c'est un avis comme un autre, et c'est pas sur ce genre de choses que je juge généralement une histoire ^^


Dernière édition par Massy_10 le Dim 3 Juil - 23:42, édité 2 fois


Sous la lumière blafarde de la lune , Je fais des promenades nocturnes , Entièrement vêtu de noir , Tu ne peux point me voir le soir , Dans l'ombre je me déplace , Rencontre moi et tu trépasse , Ma lame plus sombre que la nuit , Te tranchera avant que tu n'ais fui , Et avant même de sentir la douleur , La peur t'envahit et tu meurs , J'ai tellement tué , Que plus personne n'ose m'approcher , Pourtant quand le jour s'es levé , On ne peut que me contempler , Pourquoi me demanderez-vous , Car retenue par mon cou , Une épée de cristal , Émet une lueur bel et bien fatale , Toi comme les gens du jour , Me souhaitez le bonjour ,Toi comme les gens du soir , M'appelez L'Épéiste Noir.
avatar
Profil de Massy_10
Membre Passionné
Membre Passionné
Messages : 105
Date d'inscription : 24/06/2016
Âge : 17
Localisation : Algérie

Re: Moonless Chronicles

le Dim 3 Juil - 20:36
Oui c'était voulus pour le nom de la capitale , et je vais essayer de faire des paragraphes si ça peut vous faciliter la lecture OK ^^

Edit= En aparté, si ça vous intéresse, les noms de famille des personnages sont décidés sur un ou plusieurs de leurs pseudonymes, par exemple, moi c'est Dissilight, un mélange entre le 10 de massy 10 et mon alt le plus connu IcyLight. Sophie, c'est carrément Luma-San écrit "Lumassane" au lieu de Lumasan(Qui se lit Lumazan) pour garder la même prononciation. Au niveau du prénom, c'est le pseudo le plus connu ou le plus logique qui est utilisé, par exemple, Sophie est plus connue comme Luma-San que NutelaSophie, mais Sophie est un prénom et ne peut donc pas être utilisé comme nom de famille, à l'inverse de Luma-San qui serait dur à placer en tant que prénom mais facile à placer en tant que nom de famille. Quand au deuxième nom, si deuxième nom il y a, les inspirations sont variées, par exemple Flint Steel Dissilight, sont deuxième nom, Steel, reflète son style(tbh cette blague n'était pas voulue) de vie, il a passé toute sa vie à croiser le fer avec des hommes, des monstres et des Pokémons. En espérant que je ne vous ai pas bassinés avec mon explication ^^


Dernière édition par Massy_10 le Dim 3 Juil - 23:34, édité 1 fois


Sous la lumière blafarde de la lune , Je fais des promenades nocturnes , Entièrement vêtu de noir , Tu ne peux point me voir le soir , Dans l'ombre je me déplace , Rencontre moi et tu trépasse , Ma lame plus sombre que la nuit , Te tranchera avant que tu n'ais fui , Et avant même de sentir la douleur , La peur t'envahit et tu meurs , J'ai tellement tué , Que plus personne n'ose m'approcher , Pourtant quand le jour s'es levé , On ne peut que me contempler , Pourquoi me demanderez-vous , Car retenue par mon cou , Une épée de cristal , Émet une lueur bel et bien fatale , Toi comme les gens du jour , Me souhaitez le bonjour ,Toi comme les gens du soir , M'appelez L'Épéiste Noir.
avatar
Profil de Wally
Administrateur
Administrateur
Messages : 1446
Date d'inscription : 09/11/2015
Âge : 18
Localisation : France

Re: Moonless Chronicles

le Dim 3 Juil - 20:45
bandant.


Award du meilleur joueur ORAS OU en 2015 et 2016
Rangs sur Pokémon Showdown @OverUsed | %Help | +RateMyTeam | +Français
Me suivre sur Smogon | @Twitter
Vainqueur du Big Bang Super Tournament #1
Vainqueur du Big Bang Frontier #3
Vainqueur de la Big Bang Premier League #5
avatar
Profil de Massy_10
Membre Passionné
Membre Passionné
Messages : 105
Date d'inscription : 24/06/2016
Âge : 17
Localisation : Algérie

Re: Moonless Chronicles

le Dim 3 Juil - 22:13
Bon je vais edit un peu du coup pour faire plusieurs paragraphes par contre y a des chances que ça prenne encore plus de place du coup , mais bon on s'en fout au pire si ça prend trop de place , c'est pas comme si y avait une limite ^^'

Edit= Voilà tout est en paragraphes , je dois avouer que c'est effectivement mieux ainsi, ça donne l'impression d'être ordonné, en bref plus facile à lire effectivement, si vous avez une autre critique à faire allez y, n'hésitez pas à me signaler une erreur aussi, j'en ai corrigé pas mal en faisant les paragraphes.


Sous la lumière blafarde de la lune , Je fais des promenades nocturnes , Entièrement vêtu de noir , Tu ne peux point me voir le soir , Dans l'ombre je me déplace , Rencontre moi et tu trépasse , Ma lame plus sombre que la nuit , Te tranchera avant que tu n'ais fui , Et avant même de sentir la douleur , La peur t'envahit et tu meurs , J'ai tellement tué , Que plus personne n'ose m'approcher , Pourtant quand le jour s'es levé , On ne peut que me contempler , Pourquoi me demanderez-vous , Car retenue par mon cou , Une épée de cristal , Émet une lueur bel et bien fatale , Toi comme les gens du jour , Me souhaitez le bonjour ,Toi comme les gens du soir , M'appelez L'Épéiste Noir.
avatar
Profil de Kugen
Modérateur
Modérateur
Messages : 559
Date d'inscription : 28/01/2016
Âge : 17

Re: Moonless Chronicles

le Dim 3 Juil - 23:46
bg


DIMOREKT
Award du meilleur joueur compétitif de BigBang en 2016
Award du membre le plus drôle de BigBang en 2016
Award du meilleur arabe de BigBang en 2015
Vainqueur du GSC Cup II


Voici un petit guide stratégique pour débutant: http://www.bigbangfr.com/t442-la-strategie-pokemon-petit-guide-pour-debutant
avatar
Profil de Panur
Administrateur
Administrateur
Messages : 681
Date d'inscription : 10/11/2015
Âge : 19

Re: Moonless Chronicles

le Lun 4 Juil - 0:28
sophie ma meuf


Bonjour Invité! Il y a 579 membres inscrits et 18289 messages actuellement.
avatar
Profil de Massy_10
Membre Passionné
Membre Passionné
Messages : 105
Date d'inscription : 24/06/2016
Âge : 17
Localisation : Algérie

Re: Moonless Chronicles

le Jeu 7 Juil - 14:27
Chapitre 2 : Sombres présages

     Massy Dissilight continuait tranquillement sa route à travers Lunala dans le but de se rendre aux portes de sorties au nord du village. Chemin faisant, il contemplait les habitants discutant entre eux ou vaquant à leurs occupations, les enfants jouant joyeusement, les Pokémons aidant leur maîtres dans leurs diverses tâches, les animaux broutant l’herbe fraiche et les modestes maisons et cabanes pour la majorité centenaires qui composaient ce tout aussi modeste village dans lequel il avait passé quasiment toute sa vie.

     Lunala n’était pas un exemple de modernité ou de beauté comme la capitale, Harmonia, où le fils Dissilight s’était souvent rendu avec son père lors de voyages commerciaux, avec sa mère en tant qu’escorte pour lui éviter un quelconque désagrément et avec son grand-père pour y loger lors d’un entrainement nécessitant de quitter les environs de Lunala. Mais le petit village de campagne possédait quelque chose que la capitale ne possédait pas, ou bien ne possédait plus, on s’y sentait comme chez sois.  À la minute même ou on passait le portail du village, on était accueillit chaleureusement par les villageois qui s’évertuaient à faire passer les meilleures nuits possibles aux voyageurs et marchands éreintés par le trajet, en cela Lunala valait bien toute les capitales du monde pour le jeune noble.

    Arrivé à la place du village, Massy fut alerté par divers cris venant de derrière lui, il se retourna promptement en gardant son sang froid habituel et scruta les environs d’un œil aiguisé. Il ne lui fallut que quelques secondes pour repérer la cause des hurlements qu’il avait entendu.

     Un oiseau gigantesque au plumage oscillant entre le rouge et l’orange, au sommet du crâne recouvert de braises enflammées, aux yeux exprimant une certaine férocité, au bec doré démesurément grand ayant la forme d’une hache, aux ailes recouvertes de plumes tranchantes et aux serres tout aussi acérées qu’une épée volait au dessus du village, non loin du planché des vaches.

     Le fils Dissilight n’y connaissait pas beaucoup en monstres et autres animaux s’y rapprochant tels que les Pokémons, mais il reconnut tout de suite la bête qui était devant lui, et pour cause. Le jeune homme l’avait déjà affronté une fois dans le désert situé au nord-ouest de la capitale sur ordre de son grand-père, en guise d’entrainement, il s’agissait d’un Coupessèk. Une espèce d’oiseau monstrueuse quasi unique et endémique du désert précédemment cité situé à des lieux de Lunala. On l’appelait ainsi car lorsqu’il fondait sur une proie bec devant, il la coupait en deux sèchement. Massy ne l’avait affronté qu’une seule fois dans toute sa vie, mais cela suffisait à lui faire comprendre qu’on ne plaisantait pas avec une telle créature.

     Le Coupessèk, à quelques mètres seulement du sol fondit sur une gamine paralysée par la peur qui se situait à une vingtaine de mètres de l’oiseau surdimensionné. Le fils Dissilight connaissant les techniques d’attaque de cet oiseau de proie pour l’avoir observé et combattu se jeta aussi vite qu’il le pouvait sur cette gamine et la plaqua au sol. L’oiseau n’ayant pu s’arrêter à temps s’encastra dans le sol d’où il essayait de s’extirper énergiquement.

-SAUVEZ-VOUS ! Cria le jeune de sang noble aux villageois qui avaient récupéré l’enfant entre temps.

     Tandis que Massy se mettait en position de combat et qu’il sortait son glaive « Terra », l’oiseau endémique du désert s’extirpa du sol et fixa férocement le jeune homme qui en fit de même mais de façon plus calme. Les deux adversaires se jaugeaient minutieusement du regard. Soudain, l’oiseau s’envola et créa une bourrasque de vent dévastatrice, Massy se mit rapidement à l’abri derrière une maisonnette qui fut grandement endommagée, l’oiseau qui l’avait repéré étendit les flammes de son crâne jusqu’aux ailes puis se mit à bombarder ce qu’il restait de la dite maison de plumes tranchantes et enflammées qui perçaient aisément le bois sans pour autant le traverser. Le noble, caché derrière des ruines en feu, savait qu’il avait peu de chance de s’en sortir indemne, les Coupessèks étant des oiseaux très obstinés ne lâchant que très rarement une proie et la harcelant jusqu'à l’avoir dévorée. Mais il savait aussi que cet affrontement-ci n’était pas un banal entrainement ou son grand-père pourrait lui sauver la mise en cas d’échec. Il savait que cette fois-ci c’était du sérieux et que si jamais il s’avisait d’abandonner ou  de perdre, le monstre mettrait en pièce un nombre incalculable de villageois, de bâtisses et d’animaux avant d’aller se reposer en hauteurs. Ainsi donc, il se devait de gagner, il se devait de protéger le village qui l’avait vue grandir et il le ferait, quitte à y laisser la vie.

-Monorpale ! S’écria-t-il en direction du fourreau dans lequel le Pokémon avait élu domicile. Prépares toi avec des attaques Danse Lame pendant que je fais diversion et à mon signal, porte-lui le coup le plus rapide possible sur les flammes situées sur le haut de son crâne!

     Monorpale s’extirpa du fourreau et acquiesça. Massy sortit alors de sa cachète tandis que l’épée animée appliquait la première partie du plan de son partenaire. Quand l’oiseau enragé remarqua enfin que le jeune bretteur était sortit de sa cachette, il se mit à le bombarder encore plus de plumes incandescentes maintenant renforcées par une bourrasque d’air les rendant plus rapides et donc plus puissantes. Le fils Dissilight réussit à éviter ou à parer la majorité des plumes acérées, toutefois, cinq d’entre elles firent mouche. La première lui fit une petite balafre à la joue gauche, la deuxième lui entailla légèrement l’épaule gauche, la troisième effleura le bras gauche du noble sans pour autant le blesser mais enflamma la manche de son habit, déconcentrant ainsi le jeune homme au sang noble qui dû encaisser deux plumes au niveau de l’épaule droite. Si l’une d’elles n’a fait que lui infliger une blessure sans gravitée, l’autre s’enfonça dans l’épaule du bretteur qui grimaça sous la douleur. Ce dernier, dont le feu sur la manche s’était éteint tenait désormais son glaive de la main gauche et lança un regard significatif à Monorpale qui venait de finir sa troisième Danse Lame tandis que l’oiseau lui fonçait dessus n’ayant plus aucune plume tranchante à lancer.

-MAINTENANT !!!! Cria à tue-tête le fils Dissilight.

     Le Pokémon Spectre et Acier usa alors de son attaque Ombre Portée. Il étendit une trainée sombre tout droit sur la tête de l’oiseau du désert puis s’engouffra dedans et apparut en une milliseconde devant le Coupessèk, il porta alors un coup aussi rapide que l’éclair sur les flammes situées au sommet du crâne de l’oiseau surdimensionné. Sous l’effet de la bourrasque dégagée par le coup de l’épée animée, les dites flammes s’éteignirent et l’oiseau du désert s’écrasa violemment au sol, où il s’encastra une fois de plus mais cette fois-ci, bien plus profondément.

-J’en était sûr ! S’écria Massy en s’approchant du Coupessèk, épée devant. J’avais remarqué que quand tu enflammais tes plumes, ton vol était maladroit et tu perdais de l’altitude à mesure que le volume de flammes diminuait pour s’étendre sur ton corps, j’en ai donc conclut que de nature, ton vol est imparfait et que ces flammes, selon toute vraisemblance, te donnent l’énergie nécessaire à le corriger.

     L’oiseau regardait le jeune noble, effrayé, alors qu’il essayait vainement de s’extirper du sol, ses flammes ayant repris leur intensité normale lui fournissaient un plus énergétique toutefois insuffisant. Massy arrivé à hauteur de l’oiseau de proie pris son épée des deux mains, malgré la douleur, et la positionna au dessus du crâne de son adversaire. Au bout d’un moment, il la fit tomber sur l’oiseau qui ferma les yeux, sentant la mort arriver. Quelques secondes après, ce dernier les rouvrit et s’aperçut que le fils Dissilight avait planté son épée dans le sol, au niveau de son bec et essayait de le déloger du planché des vaches. Après quelques minutes, le jeune bretteur réussit. L’oiseau lui porta alors un regard intrigué.

-Je crois me souvenir… Commença le jeune Dissilight en direction de l’oiseau. Que vous, Coupessèks, comptez parmi les très rares monstres dotés d’une intelligence quasi humaine, aujourd’hui je t’épargnerais donc, mais si tu tentes une nouvelle fois de t’en prendre aux habitants du village, je n’aurais plus aucune pitié. Me suis-je bien fait comprendre?

     L’oiseau pencha la tête, encore plus intrigué par ce soudain revirement de situation puis la hocha de bas en haut en signe positif. Il s’envola haut dans le ciel non sans un dernier regard sur l’humain qui l’avait vaincu et épargné alors qu’il n’en avant aucune raison apparente. Ce dernier était d’ailleurs occupé à extirper de son épaule une des plumes aiguisées que lui avait laissés le Coupessèk. Une fois cela fait, il sortit de son sac de voyage les plantes médicinales appropriées à ses blessures et quelques morceaux de tissu qui lui servirent à les bander. Heureusement pour le fils Dissilight, les plaies infligées par l’oiseau du désert étaient superficielles ou faites à des points non vitaux tels que l’épaule. Il se tourna ensuite vers un Monorpale au regard inquiet alors qu’il rangeait « Terra ».

-Les Coupessèks sont tout sauf des rigolos ! S’exclama-t-il en souriant en direction de Monorpale. Mais ça va, je vais bien grâce à ton intervention.

     L’épée animée, soulagée, retourna d’elle-même dans le fourreau qui lui était destiné. Massy soupira et repris tranquillement son chemin en se demandant ce que pouvait bien faire un oiseau aussi rare que le Coupessèk dans ces contrées, d’autant plus qu’il s’agissait d’une espèce endémique d’un désert à des lieux de là. Plongé dans ses pensées, il ne remarqua pas l’ombre menaçante qui planait au dessus de lui. Soudain, l’oiseau de proie qu’il avait vaincu quelques minutes plus tôt se posa devant un Massy, éberlué, qui se mit tout de suite en position de combat. Ce dernier fut déconcerté devant le spectacle qui s’offrait à lui, l’oiseau du désert avait le bec baissé aussi bas que possible, devant lui un énorme sanglier qu’il venait visiblement de chasser. Le fils Dissilight se demandait si ses yeux ne lui jouaient pas des tours, puis un détaille qui avait son importance lui revint à l’esprit.

-AH c’est vrai ! S’exclama-t-il devant des villageois qui regardaient cette scène, abasourdis. Grand-père voulait que je batte un Coupessèk car vous êtes des créatures d’honneur qui servez fidèlement tout être vous ayant vaincu d’une façon ou d’une autre. C’est pour ça que tu es de retour n’es pas ?

     L’oiseau au crâne enflammé hocha la tête positivement, rapprochant un peu plus le sanglier du jeune noble avec un regard empli d’espoirs.

-Désolé, ça n’est pas possible. S’excusa le fils Dissilight. Ce petit village et les environs ne sont pas des endroits adaptés à une créature du désert, surtout que ça sera bientôt l’hiver tu ne supporte pas les températures basse je me trompe ?

     L’oiseau le regarda visiblement pensif, il enflamma alors tout son corps en poussant un cri strident, faisant ainsi sursauter le jeune de sang noble qui ne s’attendait pas à quelque chose de la sorte.

-Ah suis-je bête. S’exclama ce dernier comme si il venait de trouver la réponse à une question pourtant évidente. Tu vis dans le désert, il y règne une chaleur étouffante en journée, mais les nuits là bas n’ont rien à envier aux plus froides des nuits d’hivers par ici.

     L’oiseau hocha positivement la tête sous les yeux d’un Massy pensif et d’un groupe de villageois toujours aussi abasourdis. Un d’entre eux essaya de s’approcher pour prendre le sanglier, mais l’oiseau lui adressa un féroce cri à vous percer les tympans, l’homme téméraire recula alors tel un enfant apeuré.

-Bon…Commença le jeune homme de noble famille. J’aimerais vraiment te laisser rester avec moi… Mais je pense qu’il ne vaut mieux pas, je serais plus un frein pour toi qu’autre chose, et puis la vie sauvage devrais finir par te manquer non ?

     Le Coupessèk tourna la tête de droite à gauche dans un mouvement de va et viens signifiant que ça ne serait pas le cas.

-Tu en es sûr ? Demanda le jeune noble. Je ne crois vraiment pas que ça va être possible, crois moi ça me fend le cœur de mettre fin à tes espoirs, mais je suis obligé de refuser.

     L’oiseau lança un regard attristé vers l’humain qui l’avait épargné puis rejeté, il lui fit de gros yeux tristes embrumés par des larmes naissantes, Massy Dissilight le regardait d’un air désolé, finalement, au bout d’un moment, il céda fasse à l’oiseau dont le regard se faisait de plus en plus suppliant :

-Très bien… Commença-t-il sous les yeux du Coupessèk dont les larmes commençaient à sécher subitement sous la chaleur des braises qui recouvraient sa tête. Je veux bien que tu restes, mais tu devras respecter quelques règles compris ?

     L’oiseau du désert lui porta un regard encore plus intrigué, penchant la tête tel un moineau scrutant quelque chose qui lui est inconnu.

-Premièrement, tu n’as plus le droit de tuer les humains, qu’ils viennent de ce village ou non, à moins que je ne te dise le contraire, chose qui n’arrivera jamais je l’espère. Dit le fils de noble. Deuxièmement, tu ne tue ou détruis rien qui vienne de ce village, j’ai bien dit rien, ni maisons, ni Pokémons, ni animaux. Me suis-je bien fait comprendre ?

     Le Coupessèk hocha vivement la tête en signe d’approbation, il rapprocha ensuite le sanglier vers son nouveau maître en remerciement. Ce dernier lui caressa le coté de la tête pour lui signifier qu’il appréciait le geste avant de le remercier:

-Merci c’est gentil, ce sanglier nous sera très utile ma belle, tu es bien une femelle hein ?

    L’oiseau du désert hocha la tête de bas en haut et se serra contre l’humain de sang noble.

-J’en était sûr, les mâles sont beaucoup plus féroces que les femelles. Expliqua-t-il. Je me serais déjà fait mettre en pièce si tu en étais un, ça ne fait aucun doute. Bon, je vais te donner un nom, ça nous rapprochera déjà un peu et ça facilitera la communication, hmm voyons…

     Massy semblait plongé dans une profonde réflexion tandis que la femelle Coupessèk le regardait, intriguée, et que les villageois s’y prenaient à dix pour emmener l’énorme bête qu’avait chassé l’oiseau fraichement domestiqué. Après de longues minutes de silence, le jeune noble s’exclama :

-Je vais t’appeler Fiery, c’était le prénom de ma grand-mère paternelle, grand-père me parlait souvent d’elle quand j’étais enfant, et je trouve que ça te vas bien, ça te plait ma belle ?

     L’oiseau du désert répondit en un joyeux cri qui fit sursauter tout les villageois aux alentours, puis elle se baissa devant Massy qui comprit au bout d’un certain temps qu’elle l’invitait à la chevaucher, le fils de noble monta sur le dos de la bête fraichement nommée qui s’envola à une vitesse incroyable. Le fils Dissilight émerveillé par la beauté de la région vue du ciel lui indiqua du doigt sa destination, parfaitement visible depuis les cieux. Fiery fonça là ou son nouveau maître lui avait indiqué de se poser.

     Quelques instants plus tard, le jeune noble arriva sur le dos de sa nouvelle amie devant une Sophie ébahie, il descendit de Fiery et lui caressa le cou en récompense avant d’avancer vers sa meilleure amie qui le regardait, silencieuse, avec des yeux ronds, il la détailla du regard comme il avait l’habitude de le faire à chaque fois qu’ils s’apprêtaient à sortir du village. Le jeune bretteur s’inquiétait toujours beaucoup pour elle. Bien sûr il la savait très bien capable de se débrouiller toute seule sans l’aide de personne, mais c’était plus fort que lui, il ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter pour sa seule amie humaine au monde.

     Elle possédait de beaux yeux bleus ciel, une peau claire qu’elle tenait de sa mère et de beaux et longs cheveux châtains ondulants au vent. Elle portait une belle robe blanche qui contrairement à ce qu’on aurait pus penser ne la gênait en rien dans ses mouvements, ainsi elle pouvait faire preuve d’une souplesse sans égales qui lui était bien utile au combat. Si contrairement à Massy elle ne possédait pas une grande force physique, elle compensait ce manque par sa vitesse quasi surnaturelle qui lui permettait d’esquiver tout et n’importe quoi sans problème et son intelligence lui permettant de faire les meilleurs choix tactiques lors d’un combat et de repérer rapidement les faiblesses ennemies. Son arme de prédilection, un vieil arc usé par le temps que lui avait offert un marchand itinérant dans son enfance pour la remercier de l’avoir aidé à transporter sa marchandise jusqu'à Lunala était de loin la meilleure arme pour elle qui ne pouvait pas tenir bien longtemps au corps à corps. Aussi, à force d’un entrainement rigoureux qu’elle avait suivis avec les chasseurs du village et amélioré grâce aux conseils des voyageurs qu’elle rencontrait, elle a fini par devenir une archère émérite.

     Sophie S. Lumassane détaillait elle aussi Massy du regard, non pas que comme lui elle éprouvait constamment la peur de perdre son meilleur ami, elle était du genre décontractée et préférait ne pas s’encombrer de ce genre de sentiments pouvant vous détourner d’un combat et donc vous coûter la vie bêtement et inutilement. Si elle le détaillait ainsi, c’était pour s’assurer que le jeune homme qu’elle avait devant elle était bel et bien Massy L. Dissilight.

     Le jeune bretteur de famille noble possédait des yeux châtains et une peau claire parsemée de cicatrices issues de ses divers entraînements avec son grand-père et de ses nombreux combats. Il avait aussi des cheveux sombres un peu longs constamment hérissés vers le ciel et portait des vêtements rouges et noirs aux bordures blanches que lui avait cousues sa mère quelques trois années auparavant et qu’elle avait dû rapiécer une bonne centaine de fois depuis. Ces vêtements d’ailleurs, étaient dans un sale état après son affrontement avec Fiery. Contrairement à son amie, Massy n’était pas très doué pour esquiver les coups, il compensait ce manque par une force démesurée pour son âge, une rapidité à porter des coups ou parer remarquable et une endurance phénoménale qu’il avait probablement hérité de son père, le métier de forgeron n’étant pas parmi les métiers les plus simples au vue de l’endurance et de la concentration qu’il requière, ce dernier bien que n’étant pas un guerrier n’avait rien à envier à son père au niveau de l’endurance. Le jeune noble possédait aussi un instinct aiguisé hérité de son grand-père probablement et que ce dernier a fait travailler à son petit-fils chaque jour de manières variées. Massy et Sophie individuellement étaient certes forts, mais leur véritable force résidait dans leur duo complémentaire à même de vaincre les monstres les plus puissants des environs de Lunala.

     S’étant bien assurée que le jeune homme qui se tenait devant elle était effectivement le Massy L. Dissilight qu’elle connaissait, Sophie le fixa longuement avant de porter un regard plus intrigué qu’étonné à la femelle Coupessèk que venait de chevaucher son ami, finalement, le fils Dissilight fut le premier à briser le silence pesant qui régnais entre les deux jeunes gens :

-Tu dois te demander pourquoi ça m’as pris autant de temps de te rejoindre non ? Eh bien figure-toi que j’ai dû m’occuper d’un petit problème. Fit-il en pointant du doigt l’oiseau du désert. Je te présente Fiery, c’est une femelle Coupessèk, c’est un oiseau très intelligent et très puissant qui a décidé de rester avec moi, alors essaye de ne pas la vexer d’accord ?

    Sophie, toujours silencieuse, s’approcha de l’oiseau de proie tout doucement sous le regard interloqué de Massy et celui intrigué de Fiery. Arrivée à sa hauteur, elle la caressa à la base du coup. L’oiseau de proie réagit au quart de tour et se serra contre la jeune fille aussi affectueusement qu’elle le faisait avec son nouveau maître, si ce n’est plus.

-Impressionnant ! S’exclama le jeune noble. Je savais que tu avais un don avec les Pokémon et les animaux, mais arriver à dompter un oiseau de la trempe du Coupessèk en à peine quelques secondes… Franchement, là tu m’épates !

-C’est pas aussi compliqué que ça en à l’air. Répondit-elle tout simplement. Donner de l’amour pour en recevoir, c’est ça le secret avec les animaux.

-Je vois. Dit le jeune homme qui avait dû entendre la phrase de son amie, mot pour mot un bon millier de fois.

-Et si tu m’expliquais ce qui t’es arrivé en chemin ? Demanda la benjamine Lumassane.

     Massy lui expliqua tout ce qui lui était arrivé depuis qu’il est sortit de la maison familiale en omettant volontairement le passage ou il songeais au sens de son rêve de la veille, ne voulant pas inquiéter inutilement son amie pour une telle broutille, après tout, cela n’était pas exceptionnel de faire un mauvais rêve de temps à autres, c’était même tout à fait normal, dans le fond il ne voyait même pas pourquoi il lui cachait quelque chose d’aussi futile d’ailleurs, mais il le faisait quand même, pour une raison qui en fin de compte, lui échappait.

-Eh bien ! Tu en as fais des choses avec ta nouvelle amie, je pourrais devenir jalouse d’elle un jour. S’exclama Sophie sur le ton de la moquerie.

-Sois jalouse d’elle si ça te chante, mais sache que je ne serais jamais jaloux de Galopa quoi qu’il arrive. Répondit le jeune homme lui aussi par moquerie.

-Tu es sûr ? Pourtant tu devrais ! Fit-elle avant de siffler une mélodie qui fit sortir des broussailles un Galopa aux flammes anormalement bleues.

     Les scientifiques de l’époque appelaient les Pokémons arborant ce genre de couleurs anormales des Pokémons Chromatiques. Selon les hommes de foi, comme le prêtre de Lunala, les Pokémon naissant ainsi seraient touchés dés la naissance par la grâce d’Arceus qui leurs accorderait un destin important et cela dés l’aube de leurs vies, Massy quant à lui pensait que ce prêtre et que beaucoup d’autres fabulaient beaucoup trop sur une simple différence de couleur, après tout quelle importance qu’un Rattata soit violet, orange, bleu, vert ou même rose ? Pour lui cela n’en avait aucune.

    Massy chevauchant Fiery qui volait en rase-motte et Sophie montée sur son Galopa Chromatique se mirent donc en route pour la plaine qu’ils avaient choisis d’explorer cette journée là. Quelques heures plus tard, après être sortis de la forêt dans laquelle il fallait s’aventurer pour se rendre à la fameuse plaine, ils furent enfin arrivés et constatèrent avec effroi qu’une épaisse colonne de fumée noire émanait du village de Lunala, indiquant la présence d’un feu allumé, chose totalement impensable vue que pour une raison de sécurité évidente, allumer un feu autre qu’un feu de cheminée était interdit au village. Et la fumée présente dans le ciel était beaucoup trop dense pour être un simple feu de cheminée.

     Le jeune homme et la jeune fille se lancèrent des regards significatifs, Massy, sur le dos de Fiery s’envola haut dans le ciel en direction du village tandis que Sophie y allait au galop sur son Galopa. Tous deux, arboraient un visage crispé par la crainte, se demandant ce qu’il pouvait bien se passer dans le paisible village qu’était Lunala.


Dernière édition par Massy_10 le Mar 12 Juil - 15:34, édité 1 fois


Sous la lumière blafarde de la lune , Je fais des promenades nocturnes , Entièrement vêtu de noir , Tu ne peux point me voir le soir , Dans l'ombre je me déplace , Rencontre moi et tu trépasse , Ma lame plus sombre que la nuit , Te tranchera avant que tu n'ais fui , Et avant même de sentir la douleur , La peur t'envahit et tu meurs , J'ai tellement tué , Que plus personne n'ose m'approcher , Pourtant quand le jour s'es levé , On ne peut que me contempler , Pourquoi me demanderez-vous , Car retenue par mon cou , Une épée de cristal , Émet une lueur bel et bien fatale , Toi comme les gens du jour , Me souhaitez le bonjour ,Toi comme les gens du soir , M'appelez L'Épéiste Noir.
avatar
Profil de Massy_10
Membre Passionné
Membre Passionné
Messages : 105
Date d'inscription : 24/06/2016
Âge : 17
Localisation : Algérie

Re: Moonless Chronicles

le Jeu 7 Juil - 14:34
Voilà, deuxième chapitre posté, on rentre dans le vif du sujet là. N'hésitez pas à me dire si il y a quelque chose qui cloche et ce que vous en pensez! Enjoy! ^^

Ps= Les descriptions que je fais son approximatives, je décris le personnage tel que je me l'imagine, pas tel qu'il est en réalité, donc, que je vous décrive comme quelqu'un de moche ou de beau-gosse, ça n'as rien avoir avec vous, donc ne vous plaignez pas après s'il vous plait ^^
_____________________________________________________________________________________________

A partir de maintenant, le rythme de parution des chapitres sera d'un tout les Mardi et Vendredi, soit 2 par semaines.


Sous la lumière blafarde de la lune , Je fais des promenades nocturnes , Entièrement vêtu de noir , Tu ne peux point me voir le soir , Dans l'ombre je me déplace , Rencontre moi et tu trépasse , Ma lame plus sombre que la nuit , Te tranchera avant que tu n'ais fui , Et avant même de sentir la douleur , La peur t'envahit et tu meurs , J'ai tellement tué , Que plus personne n'ose m'approcher , Pourtant quand le jour s'es levé , On ne peut que me contempler , Pourquoi me demanderez-vous , Car retenue par mon cou , Une épée de cristal , Émet une lueur bel et bien fatale , Toi comme les gens du jour , Me souhaitez le bonjour ,Toi comme les gens du soir , M'appelez L'Épéiste Noir.
avatar
Profil de Massy_10
Membre Passionné
Membre Passionné
Messages : 105
Date d'inscription : 24/06/2016
Âge : 17
Localisation : Algérie

Re: Moonless Chronicles

le Ven 8 Juil - 16:13
Le prochain chapitre sera posté Mardi, ça sera le premier chapitre ou on aura les points de vues de plusieurs personnages ^^
C'est à dire Sophie, Massy et un personnage Mystère que je vous laisse deviner ^^


Sous la lumière blafarde de la lune , Je fais des promenades nocturnes , Entièrement vêtu de noir , Tu ne peux point me voir le soir , Dans l'ombre je me déplace , Rencontre moi et tu trépasse , Ma lame plus sombre que la nuit , Te tranchera avant que tu n'ais fui , Et avant même de sentir la douleur , La peur t'envahit et tu meurs , J'ai tellement tué , Que plus personne n'ose m'approcher , Pourtant quand le jour s'es levé , On ne peut que me contempler , Pourquoi me demanderez-vous , Car retenue par mon cou , Une épée de cristal , Émet une lueur bel et bien fatale , Toi comme les gens du jour , Me souhaitez le bonjour ,Toi comme les gens du soir , M'appelez L'Épéiste Noir.
avatar
Profil de Massy_10
Membre Passionné
Membre Passionné
Messages : 105
Date d'inscription : 24/06/2016
Âge : 17
Localisation : Algérie

Re: Moonless Chronicles

le Mar 12 Juil - 15:33
Chapitre 3 : Cauchemar ou Réalité? (Partie 1)

     Après avoir remarqué la fumée qui se dégageait du petit village de Lunala, Massy L. Dissilight et Sophie S. Lumassane se séparèrent en fonction de la vitesse de leurs montures respectives. Le jeune bretteur sur le dos de Fiery la femelle Coupessèk se rendait à une vitesse vertigineuse au village tandis que la jeune archère en faisait de même sur son Galopa Mâle Chromatique, bien moins rapide que l’oiseau de proie.


     La lueur de l’astre du jour commençait peu à peu à faiblir, il devait rester environ une heure, une heure et demie avant le couché de soleil. Le jeune noble dans le ciel continuait son chemin vers le village de Lunala qu’il distinguait à peine en raison de l’épais nuage du fumée qui flottait en partance du village, néanmoins, il arrivait quand même à distinguer deux chose malgré le voile de fumée et la distance qui les séparaient lui et Fiery de Lunala. La première était une lumière rouge orangée caractéristique d’un feu, et la deuxième, c’était des maisons en ruines. Les propriétaires de ces bâtisses étaient-ils blessés ou pire ? C’est l’une des nombreuses questions que ce posait le jeune bretteur alors qu’il se dirigeait à vive allure vers le village en proie aux flammes.

- À ce rythme, le village sera totalement partit en fumée avant qu’on ne soit arrivés ! S’écria le fils Disslight, frustré par son absence de Lunala à un moment visiblement critique. Je sais que je t’en demande beaucoup Fiery, surtout après avoir déjà volé des heures, mais je t’en prie ! Fait plus vite !

     La femelle Coupessèk, exténuée, regardait son maître, désolée, la culpabilité et l’épuisement se lisant dans ses yeux. Le jeune homme comprit alors qu’elle faisait déjà de son mieux. Il s’en voulait maintenant d’avoir demandé égoïstement à sa monture de faire mieux alors qu’il se doutait pourtant qu’elle était déjà proche de ses limites.

-Je… Je m’excuse Fiery, ce n’est pas ta faute si tu ne peux lutter contre la fatigue. S’excusa-t-il. J’ai tendance à oublier dans les moments critiques le premier enseignement de mon maître : Toujours garder la tête froide, en toutes circonstances, même devant la mort.




      Flint Steel Dissilight et une vingtaine d’hommes rentraient tranquillement de leur séance d’entrainement aux armes dans les montagnes de Lunala, le soleil brillait haut dans le ciel et chacun se demandait ce qu’il allait bien faire du reste de la journée et de la soirée. Ils étaient encore à quelques heures de marche du village quand une minuscule colonne de fumée noire, trop petite pour être un des habituels feux de cheminée s’éleva dans les cieux, puis une autre, et une autre. Bientôt, ce fut des centaines de colonnes qui s’élevaient et dansaient dans le ciel tel une attaque Danse Flamme. Les hommes, paniqués, se demandaient ce qu’il pouvait se passer mais Vif Argent leur intima de rester calme et de se préparer au combat. L’ancien bretteur de renom savait par expérience que les petites colonnes qu’ils avaient vues en premier étaient caractéristiques de flèches enflammées, hors les seuls monstres sachant tirer des projectiles dans les environs craignaient justement le feu. Conclusion, c’était une attaque humaine. Mais qui ? Qui pourrait bien s’intéresser à petit village comme Lunala ou tout manquait en hivers ? Et pourquoi ?




     Pendant que Sophie se rendait au village sur son Galopa, elle imaginait moult scénarios possibles impliquant de la fumée, essayant de deviner ce qui pouvait être la cause d’un visible incendie à Lunala. Pour elle, deux scénarios se distinguaient des autres, premièrement, le père Dissilight, exténué par son travail du matin pour les bûcherons, aurait pu faire une fausse manipulation avec les métaux en fusion, mettant ainsi feu à la forge et à la réserve de charbon du village, situées côtes à côtes, cela  expliquerait toute cette fumée, sans pour autant vouloir dire que l’incendie était de grande ampleur. Deuxièmement, il pourrait s’agir d’une attaque de pillards qui auraient mis le feu pour faciliter leur larcin. Après tout, il n’était pas rare que des bandits appâtés par une proie visiblement facile s’attaquent à un petit village de bordures comme Lunala. Mais pourquoi Lunala ? Il s’agissait du village le plus pauvre des environs, spécialement à cette période de l’année, pourquoi donc s’embêter avec un village dont l’attaque coûterait plus qu’elle ne rapporterait ? La deuxième option, même si elle semblait invraisemblable pour la jeune fille, lui faisait froid dans le dos, arriveraient-ils elle et Massy à temps ? Combien de morts y auraient-ils ? Le village survivrait-il à l’hiver après un tel coup dur ? Toute ces questions trottaient dans la tête de la jeune archère qui ne remarqua pas que quelqu’un d’autre se tenait derrière elle sur Galopa…




     Alors que soleil n’était plus qu’a une heure environ du couché, Flint et ses hommes étaient enfin arrivés aux portes du village, là bas, les réactions varièrent d’un homme à l’autre. Les plus solides, comme Flint observèrent une minute de silence, ceux qui reconnaissaient des visages familiers éclataient en sanglots, quant aux plus sensibles, ils rendaient leurs repas face à cette véritable boucherie. Hommes, femmes, enfants, animaux, Pokémons, rien n’était épargné, des corps sans vie éviscérés, décapités, empalés ou écrasés étaient disséminés partout dans le village. Le bretteur de renom n’était pas homme à montrer ses sentiments, mais ses disciples voyaient bien qu’il fulminait, et ça se comprenait. Qui pouvait donc faire preuve d’une telle sauvagerie ?

-Même le pire des criminels que j’ai rencontré dans ma vie éprouvait plus de respect à l’égard d’une vie que les ordures qui sont passés ici. Murmura tout bas le maître d’armes avant de se tourner promptement vers ses disciples. Il est temps de rendre coup pour coup à l’ennemi ! Séchez vos larmes, essuyez vos bouches et reprenez vos esprits messieurs, on est en guerre !




     Sophie frémit lorsqu’elle sentit finalement la présence de son passager clandestin, ce dernier lui caressa doucement les cheveux comme on caresserait un animal apeuré. Elle s’apprêtait à lui donner un violent coup de coude dans l’espoir de le déstabiliser lorsqu’il lui murmura doucement à l’oreille en souriant :

-Tu fais un seul geste que je pourrais apparenter à une attaque, et je t’assure que tu n’auras même pas le temps de faire tes prières avant que je ne te brise la nuque, ça sera certes rapide et quasi indolore, mais je doute que tu ne veuilles mourir ainsi, n’est pas ?

     Le sang de la jeune fille se glaça tandis que l’inconnu continuait de caresser frénétiquement les cheveux châtains de la benjamine Lumassane qui se demandait quand son opposant avait réussit à monter sur Galopa et comment il s’y était pris sans qu’elle ne le remarque.

-Je te conseille vivement d’arrêter ton canasson enflammé. Ordonna le mystérieux homme. À moins que tu ne préfères que je m’en occupe de façon définitive.

     La jeune archère, préoccupée par le sort de son Pokémon, lui ordonna de s’arrêter, chose que le cheval enflammé fit avec réticences, lui aussi craignant pour sa maîtresse. L’homme descendit en premier, sans pour autant s’arrêter de caresser les cheveux de la fille de bergers. Cette dernière, toujours sous la menace, quitta elle aussi le dos de son Pokémon. Le passager clandestin se plaça face à Sophie dont il tint le menton, un sourire malsain se dessinait lentement sur les lèvres tandis que la benjamine Lumassane en profitait pour étudier son ennemi.

     Il s’agissait d’un jeune homme d’une vingtaine d’années aux cheveux argentés plaqués vers l’arrière. Il portait un masque qui cachait toute la partie supérieure de son visage. Le dit masque, visiblement fait avec le crâne d’un fauve, laissait tout de même apparaître deux petits yeux aux pupilles vertes telles l’émeraude. Il possédait aussi une peau très pâle parsemée de ce qui ressemblait à des traces griffures. Ses vêtements, sombres comme la nuit se fondaient parfaitement avec le paysage qui noircissait à mesure que le soleil se couchait au loin.

-Eh bien ! S’écria l’homme aux cheveux argentés. As-tu perdues ta langue ? Pourtant, tu avais l’air bien cocasse avec ton ami lorsque vous discutiez de tout et de rien il y a quelques heures à peine. Et si tu me faisais l’honneur d’écouter le mélodieux timbre de ta voix ? C’est un ordre au cas au tu te le demandes.

-Qui êtes-vous ? Comment êtes-vous grimpé sur Galopa sans vous faire remarquer ni vous brûler? Que me voulez-vous ?  Demanda Sophie, d’un ton calme qui se voulait assuré. Répondez !

-Qui je suis ? Je ne te le dirais pas. Comment suis-je monté sur Galopa sans me brûler comme toute personne inconnue à ce Pokémon ? C’est un mystère. Qu’es que je te veux ? Répéta l’inconnu une dernière fois en ricanant et en arborant un sourire encore plus malsain que la veille. Eh bien, eh bien, ma foi, je veux juste prendre une petite minute de bon temps !




     Flint Steel Dissilight accompagné de ses hommes marchaient dans le village apparemment désert. Plus ils s’avançaient dans Lunala, en proie aux flammes, plus ils constataient le nombre de cadavres qui ne faisait qu’augmenter. Au bout de plusieurs minutes, un hurlement bestial se fit entendre et ils furent soudainement encerclés par une centaine de guerriers armés jusqu’aux dents. Ils portaient tous la même armure blanche parsemée de rayures argentées et ornée d’un magnifique symbole au niveau du cœur. Un symbole représentant un bouclier Noir d’un coté, Rose de l’autre dans lequel se trouvait un soleil et une lune dorés. Cet emblème, connu de tous au royaume de Bang était celui de la garde royale, les hommes chargés de veiller sur le royaume et plus particulièrement sur le roi.

- Par Arceus ! Blêmit l’ancien bretteur de renom. La garde royale saccageant un village avec une telle sauvagerie ? Quelle mouche vous a donc piqué messieurs ?

     Pour seule et unique réponse, un des gardes, armé d’une lance, se jeta sur le vieux bretteur. Mal lui en prit, sa cible, à fleur de peau, le coupa en deux et apparut derrière  une dizaine d’autres gardes qui connurent le même sort, tout cela, en une simple fraction de seconde. Avant de prononcer des mots qui en firent frémir plus d’un.

-Mon maniement des armes ne s’améliore vraiment pas avec l’âge… Si j’avais trente ans de moins, j’en aurais déjà fini avec vous tous, mais bon… S’il est bien un ennemi que l’homme ne vaincra jamais, c’est bien le temps.

     Les disciples du bretteur confirmé se lancèrent alors corps et âmes dans la bataille, avec une seule idée en tête, venger les innocents qui sont tombés ce jour là. Malheureusement, les gardes royaux en surnombre, en bien meilleure condition physique et bien plus expérimentés vinrent rapidement à bout des vingt bretteurs débutants qui réussirent tout de même à emporter huit de leurs ennemis dans la tombe, un chiffre impressionnant pour leur niveau d’escrime.

-Vous êtes morts dignement mes fils. Murmura Flint qui considérait tout ses disciples comme ses enfants. Je vous vengerais, quoi qu’il m’en coûte !

     Vif Argent se lança dans la bataille qui ressemblait bien plus à une boucherie qu’à autre chose, les gardes royaux, bien qu’admirablement bien entraînés et en surnombre, furent tous décimés en quelques minutes. Alors retentit une nouvelle fois le sombre hurlement qui avait lancé les hostilités. Un homme frêle, aux pupilles dorées, aux cheveux roux et à la beauté indéniable apparut alors au détour d’une des nombreuses ruines qui caractérisaient maintenant Lunala.

-Eh bien ! S’écria-t-il. Ce fut rapide, tu as bien mérité ton surnom Vif Argent ! Je vais me faire un plaisir d’écraser un homme de ta trempe Flint Steel Dissilight, à ce propos, ton fils s’es bien battu pour un forgeron, tu en aurais été fier, il a même failli me blesser !

     Le regard d’habitude calme du bretteur commença à s’injecter de sang et à mesure que sa colère meurtrière grandissait, l’air autour de lui semblait soumis à une pression gigantesque. S’il était bien une chose en ce bas monde qui pouvait mettre hors de lui Flint Dissilight, c’était bien qu’on s’en prenne à sa famille pour l’atteindre. Il demanda alors d’un ton calme qui exprimait pourtant une envie de meurtre irrépressible :

-Qu’as-tu fais de mon fils ? Répond.

-Mais voyons ! Ou sont donc passées vos bonnes manières ? Et ça se prétend noble…. S’indigna le rouquin. Lorsqu’on est sur le point de commencer un combat, il est de coutume de se présenter en bonne et due forme ! Faites donc si vous voulez connaître le sort de votre fils, comment s’appelait-il déjà ? Ah oui c’était Ygertos. Me trompe-je ?

-Flint, Flint Steel Dissilight. Se présenta-t-il avec une haine et une soif de sang non dissimulées.

-Bien ! J’aime mieux ça ! S’écria l’homme frêle, tout sourire avec mépris. Je me présente, Capitaine Rougal Turkis Situm, de la prestigieuse famille Situm.

-Qu’as-tu fait de mon fils ? Demanda le bretteur se retenant toujours aussi difficilement de découper en rondelles son interlocuteur.

- Que lui ai-je donc fait déjà ? Oh ! Cela me revient lentement… Oui… Très lentement… Dit le capitaine de la garde royale alors que son corps se métamorphosais peu un à peu pour prendre une forme bestiale à la voix de plus en plus sombre. J’ai d’abord débarqué dans sa forge, tenant entre mes griffes la tête de sa femme que j’avais rencontrée dans les bois… Je la lui ai jetée dessus tel le déchet qu’elle représentait pour moi… Enragé, il s’est lancé sur moi tel un fauve, tu aurais été fier de lui vieux débris, ce petit forgeron m’a tenu tête avec un simple marteau pendant au bas mot une heure ! Mais au bout d’un moment, il a commencé à fatiguer… Je lui ai fait une petite piqure de rappel, ou devrais-je dire coupure ? Je lui tranché le bras gauche, si tu avais vue ça… Il n’a même pas poussé un seul cri, ni même n’a donné l’impression de souffrir ! Alors je lui coupé une jambe, puis une autre ensuite le bras qui lui restait, il était toujours vivant après ça et ne donnait toujours aucun signe de douleur, un vrai dur à cuir ! Et alors que j’allais lui porter le coup de grâce, il m’a dit d’aller au diable ! Quel homme ! Dommage qu’il soit actuellement en morceaux dispersés aux quatre coins de sa forge, n’est-il pas ?

     Flint Steel Dissilight, enragé et brisé intérieurement, jaugeait son ennemi du regard. On aurait pus penser qu’il se serait jeté sur lui sans hésitations vue sa fureur, mais Vif Argent, même aveuglé par ses sentiments, restait toujours prudent. Le capitaine avait revêtu une forme de bête des plus impressionnantes, il ressemblait maintenant à un à loup bipède d’environ deux mètres de haut aux griffes acérées, aux crocs pointus et aux yeux aux pupilles rouge exprimant une profonde soif de sang.

-Et si on jouait maintenant vieux débris légendaire ? Fit le commandant Situm de sa voix sombre en direction de Vif Argent qui se tenait devant lui.




     Sophie, menacée par un homme en combinaison noire et au sourire malsain, se demandait comment elle allait bien pouvoir se sortir d’une telle situation, ne voyant aucun moyen, elle sombrait dans un désespoir clairement visible dans ses yeux. Soudain, son Pokémon, ayant ressenti la détresse de sa propriétaire qui l’avait élevé depuis sa sortie de l’œuf, usa d’une puissante Déflagration sur l’homme visiblement pensif et poussa la jeune fille le plus loin possible avec sa capacité Hâte pour éviter que le mur de flammes ne la touche par mégarde. La puissante attaque de type feu précédemment citée explosa sur l’homme aux cheveux argentés qui gardait la même position sous les yeux ébahis de la jeune archère, à terre, une dizaine de mètres plus loin. Quelques secondes plus tard, il sortit du brasier dans lequel il se trouvait, il était intact de la tête aux pieds, même sa tenue n’avait rien.

-Eh bien petit canasson aux flammes bleues ? Pressé de mourir ? S’écria-t-il en direction du Pokémon Chromatique qui reculait incrédule, c’était la première fois qu’une créature encaissait une de ses attaques sans broncher. Tu croyais faire quoi ? Jouer les héros ? Si c’est ça, c’est raté, et pas qu’un peu ! Tout ce que tu as gagné, c’est un allé simple vers l’au-delà, j’espère que tu es content cheval stupide.

     Ce dernier, ayant pris la fille de bergers sur le dos usa une fois de plus de son attaque Hâte, cette fois-ci pour fausser compagnie à leur agresseur.

-Merci Galopa ! S’exprima la jeune fille en se serrant contre ce dernier. Sans toi, j’étais perdue !

      Quelques minutes plus tard, lorsqu’ils furent déjà loin et que les effets de la Hâte s’estompèrent, la fille et le Pokémon regardèrent, ébahis, l’homme aux cheveux argentés qui se tenait devant eux l’air lassé.

-Elles essayent toujours de me fuir, mais elles ne réussissent jamais. S’écria-t-il en baillant. Alors vous abandonnez ? Ou bien vous voulez qu’on continue cette partie de chat ? Cela pourrait durer indéfiniment, remarque, j’ai tout mon temps.

     L’homme en tenue noire s’avança d’un pas décidé vers l’archère, un sourire malsain et un regard baladeur tourné vers la jeune fille. Cette dernière pris alors son arc et ses flèches et en tira une, destinée à se loger pile entre les deux yeux de l’ennemi qui continua son avancée, pas le moins du monde inquiété. Lorsque la flèche le toucha, la pointe de cette dernière éclata en mille morceaux. Sophie, étonnée, resta paralysée par la peur, se demandant si ce qu’elle avait devant elle était-il vraiment humain. L’homme au sourire malsain maintenant à quelques mètres s’apprêtait à bondir, mains en avant, toutefois, il s’arrêta soudainement, visiblement contrarié puis se mit à parler tout seul :

-Non, j’ais même pas eu à participer à la mission, cet abruti de Situm et ses hommes ont fait tout le bouleau. Là actuellement ? Je m’apprêtais à prendre du bon temps avec un beau morceau aux yeux bleus et aux cheveux châtains, mais tu m’as interrompu au meilleur moment ! Je m’en contrefiche vois-tu ? Mon style c’est le meurtre rapide, propre et indolore, pas les éviscérations en tout genre, si vous vouliez aider Situm, fallait mettre cet idiot de Ghost sur le coup, pas moi ! Ferme ce qui te sert de bouche petite vipère insolente ! Si tu ne nous étais pas utile, tu serais morte de mes mains depuis un bon bout de temps ! Quoi ? Je suis vraiment obligé ? J’allais prendre mon pied là ! Bon d’accord, puisque c’est un ordre du chef en personne…

     Le jeune homme aux cheuveux d'argent se tourna vers Sophie sur son Galopa, aussi intriguée qu’apeurée.

-Finalement, je vais devoir te laisser ma jolie, je te déconseille d’aller au village par contre. Conseilla l’inconnu dont le visage pris un air sérieux. Je m’en voudrais qu’un aussi joli minois ne soit endommagé définitivement par ses barbares de la garde royale… Oh j’en ai trop dit ! Bon rien à faire, ce n’est pas comme si quelqu’un allait te croire de toute façon… Aller, au revoir ma chère et tendre.

     L’homme au crâne de fauve disparut en un instant sous les yeux de la jeune fille qui marqua une longue pause dans laquelle elle assimilait tout ce que lui avait dit l’homme, directement et indirectement avant de reprendre sa course vers le village, encore plus inquiète qu’avant.




     Massy L. Dissilight arriva finalement au village de Lunala, quelques minutes avant la tombée de la nuit. Il ne mit que quelques secondes avant de regretter d’être venu, le spectacle sanglant qui s’offrait à lui le répugnait. Le village était jonché de multiples cadavres et bouts de cadavres que les monstres des environs, attirés par l’odeur du sang et la perspective d’un repas facile, avaient déjà commencé à dévorer, les maisons étaient toutes en ruines, certaines encore en train de brûler. Intérieurement, le jeune homme fulminait, les sentiments dans sa tête se bousculaient tel un groupe de monstres se disputant une carcasse. Ainsi se croisaient en lui haine, tristesse, mélancolie, soif de sang, soif de vengeance et autres sentiments négatifs. Survolant ce qu’il reconnu comme les restes de la forge, seul bâtiment encore debout grâce à son architecture spécialement créée pour résister aux pires intempéries. Il demanda à Fiery de se poser, chose que l’oiseau du désert, exténuée, fit avec joie.

-Pourvue que tu ais survécu père. Souhaita de tout son cœur le jeune noble.

     Massy poussa une énorme poutrelle en bois qui obstruait l’entrée de la forge, puis s’engouffra dans le petit couloir sombre qui menait à la salle ou son père exerçait son métier. Arrivé dans la pièce, le visage du jeune homme se décomposa tout bonnement. Les murs étaient tapissés de sang, des membres humains éparpillés un peu partout, il distingua dans tout ce sang, deux têtes, si la première était méconnaissable, il reconnut sans peine l’autre comme étant celle de sa mère. En lui, les sentiments qu’il éprouvait depuis son retour à Lunala se décuplèrent. Alors, un détaille frappa le jeune homme, sur l’un des bras au sol, se trouvait une bague en or ornée de trois pierres précieuses, une violette, une rose et une noire scintillant toute trois autant qu’une lune miniature et entourant un triangle dans lequel était gravé une magnifique Épée, plantée dans un socle ou on distinguait un croissant de lune. Cette bague représentait le symbole de la famille Dissilight, et la seule personne la portant était son père. En voyant le buste éviscéré à moitié enterré sous des débris venant du plafond et en regardant de plus près la tête à moitié écrasée, Massy compris qu’il n’avait pas non seulement perdu son village ce jour-là, mais aussi sa famille.

-Non… Non… C’est impossible… Dites-moi que je rêve… Que je vais bientôt me réveiller dans mon lit en sueur sous les cris de Sophie... Que tout ça n’est qu’un cauchemar de plus… Murmura le jeune Massy, incrédule devant la dure réalité.

     Son esprit s’emplis alors de pensées toutes plus noires les unes que les autres tandis que de son corps émanait, sans qu’il ne le remarque, une puissante aura sombre tourbillonnante. Le jeune bretteur poussa un hurlement à vous déchirer les tympans qui devait s’être fait entendre à des kilomètres à la ronde et qui repoussa, toujours sans qu’il ne le remarque, la dite aura sombre. Soulagé par ce cri du cœur, le jeune homme entra dans un état second, pleurant à chaudes larmes. Un long moment après, il prit la bague intacte de son père et la mis, ne pouvant se résigner à laisser le symbole de tout ce en quoi croyait son père derrière lui. Une fois sortit de la forge, il s’assura qu’aucun monstre ne pourrait y pénétrer en bouchant totalement l’entrée avec des débris trouvés dehors, puis enfourcha sa monture, reposée, qui, ayant entendu le cri du jeune homme, compris que son maître était au plus mal et se serra contre lui, espérant l’apaiser.

-Merci Fiery, tu ne peux pas savoir à quel point ta présence me soulage. Dit le jeune bretteur en réponse aux gestes de la femelle Coupessèk. Si jamais il m’arrivait quelque chose, je t’ordonne de veiller sur Sophie, peux-tu le faire s’il te plait ?

     L’oiseau désormais inquiet hocha la tête, ne voulant contrarier son maître davantage. Ils s’envolèrent alors en quête de potentiels survivants à aider ou d’ennemis à mettre en charpies tandis que la lune était visible haut dans le ciel et qu’ils ne pouvaient que contempler le chaos et la désolation engendrés par cette attaque.

     Au bout d’un court moment, le jeune homme, brisé, aperçut au loin dans les ténèbres de la nuit, une silhouette qu’il n’eut aucun mal à reconnaître comme étant celle de son grand-père. Il intima à Fiery de se poser à une trentaine de mètres de là ou Flint Steel Dissilight se tenait, visiblement seul, en position de combat.

-Grand-père ! S’écria Massy d’une voix indiquant tout son trouble mais une certaine pointe soulagement. Je suis tellement content de te voir ! Papa… Maman… Les villageois… Ils sont tous morts ! Comment ça s’est il passé ? Qui a fait ça?

-ENFUIS-TOI ! Cria Flint Steel Dissilight, en sangs, son bras gauche, pointé vers la direction qu’il estimait être la plus sûre. Son bras, une fraction de secondes plus tard, tombait au sol à une dizaine de mètres de son propriétaire sous les yeux surpris du jeune bretteur, ébranlé.

-Je crois que je suis la réponse à ta dernière question jeune homme. Répondit le Capitaine Rougal Turkis Situm avec la voix sombre semblant sortir d’outre tombe qui caractérisait en partie sa forme bestiale.

     L’homme loup, blessé à plusieurs endroits, apparut alors devant le jeune Massy, intimidé, avant de lancer ces quelques mots d’un ton amusé :

-Et un autre membre de la famille Dissilight qui va tomber sous mes coups !


Sous la lumière blafarde de la lune , Je fais des promenades nocturnes , Entièrement vêtu de noir , Tu ne peux point me voir le soir , Dans l'ombre je me déplace , Rencontre moi et tu trépasse , Ma lame plus sombre que la nuit , Te tranchera avant que tu n'ais fui , Et avant même de sentir la douleur , La peur t'envahit et tu meurs , J'ai tellement tué , Que plus personne n'ose m'approcher , Pourtant quand le jour s'es levé , On ne peut que me contempler , Pourquoi me demanderez-vous , Car retenue par mon cou , Une épée de cristal , Émet une lueur bel et bien fatale , Toi comme les gens du jour , Me souhaitez le bonjour ,Toi comme les gens du soir , M'appelez L'Épéiste Noir.
avatar
Profil de Massy_10
Membre Passionné
Membre Passionné
Messages : 105
Date d'inscription : 24/06/2016
Âge : 17
Localisation : Algérie

Re: Moonless Chronicles

le Mar 12 Juil - 15:46
Donc voilà, chapitre trois posté! Le chapitre le plus long que j'ai posté jusqu'à maintenant! Du coup, laissez moi vous expliquer un petit truc que vous avez déjà dû remarquer je pense. Quand je laisse quatre lignes vides, c'est que je passe du point de vue d'un personnage à un autre, aussi, le premier point de vue de Flint se passe pendant que Sophie et Massy sont en routes pour la plaine qu'ils devaient explorer ^^ N'hésitez pas à donner votre avis sur ce chapitre! La suite Vendredi Smile


Sous la lumière blafarde de la lune , Je fais des promenades nocturnes , Entièrement vêtu de noir , Tu ne peux point me voir le soir , Dans l'ombre je me déplace , Rencontre moi et tu trépasse , Ma lame plus sombre que la nuit , Te tranchera avant que tu n'ais fui , Et avant même de sentir la douleur , La peur t'envahit et tu meurs , J'ai tellement tué , Que plus personne n'ose m'approcher , Pourtant quand le jour s'es levé , On ne peut que me contempler , Pourquoi me demanderez-vous , Car retenue par mon cou , Une épée de cristal , Émet une lueur bel et bien fatale , Toi comme les gens du jour , Me souhaitez le bonjour ,Toi comme les gens du soir , M'appelez L'Épéiste Noir.
Profil de Contenu sponsorisé

Re: Moonless Chronicles

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum