Haaaaan je sais que j'avais dis une semaine mais j'ai trop d'inspiration je peux pas m'en empêcher!
Ce chapitre est peut être un peu plus court mais je compte me consacrer à la reflexion du personnage tout en gardant la trame principale comme fil rouge. C'est peut être pas clair pour l'instant mais la suite logique des événements inclueraient une reflexion qui merite tout un chapitre.
Sur ce bonne lecture




Cela fait bientôt 2 ans.
2 ans à souffrir, 2 ans de barbarie, 2 ans que je suis l'esclave des humains.
On me force le jour durant à combattre d'autres pokemons. Pas seulement à les mettre à terre non... à les tuer...
Je ne saurais dire combien de pokemons sont morts de mes mains, combien de vies on m'a forcé à prendre ... c'est d'une tristesse quand on y pense...

Tous ces gens ou animaux n'ayant rien demandés se retrouvant dans une arène, acclamés par la foule ,certes mais mourant sans raison autre que le divertissement des foules. Et ces idiots de spectateurs n'y voient que du feu... croyant à des effets spéciaux... heureux sont les simples d'esprit...
Le jour de ma capture on m'a amené dans une sorte d'usine où les pokemons sont stockés comme des objets ...
On ne leur donne même plus de nom d'espèce, seulement un matricules...

On ne nous fait sortir que pour deux occasions, le repas et l'arène.
Les combats ont lieux deux fois par jour et les participants sont tirés au sort. Si l'on survit à une défaite on nous coupe un membre... malheureusement pour certains, ils n'en avaient qu'un seul.
J'ai déjà perdu un bras et une oreille...
J'ai d'abord abandonné contre une fillette, puis contre une femme enceinte... ma gentillesse me perdra...
Il paraîtrait que certains détenus ont trouvé une capacité permettant de se camoufler parmi les humains. Si cela etait vrai je n'avais plus qu'à espérer qu'ils soient partageurs...

Durant un repas une émeute éclata. C'était commun ici alors j'ai préféré ne pas interférer, mais cette fois la n'était pas comme les autres, au moment où les gardes arrivèrent, un grand bruit sourd retentit suivit d'une onde de choc soufflant les gardes... un détenu c'était suicidé en explosant... c'était notre jour de chance, l'explosion avait causé une brèche dans le mur ! Il n'y aurait pas de pareilles opportunités nous devions nous enfuir ou nous ne retrouverions jamais notre liberté !


PS : une référence à un lieu des jeux et à un animé sont dans ce chapitre
Si tu les trouves... alors sort de chez toi serieux...

____________________________________
Si un arbre tombe sur une femme mais que personne ne le vois ou entends alors cet arbre n'est pas tombé...
Mais alors pourquoi y a-t-il un arbre dans ma cuisine?